Action numéro 2 : on stop les conflits avec son frère

Publié le par Anthenea

Conseil numéro 1 : soyez cohérent et d’abord on réfléchit

Quand un comportement répréhensible ou dangereux s’installe chez un enfant il faudra mettre plus de temps et d’énergie que chez un enfant normal pour le déprogrammer. Franchement je me suis souvent demandé pourquoi ils n’avaient pas encore inventé ces colliers pour chiens qui envoient une démarche électrique quand le toutou va trop loin. On aurait pu faire pareil avec mon grand garçon un moment tellement j’en avais marre de le réprimander pour les mêmes actions stupides, répétitives et quotidiennes. Pourquoi alors ne pas le conditionner avec un réflex de Pavlov type si je fais ça il m’arrive ceci. L’idée que je veux présenter ici est que quand un tel comportement s’est installé il faut d’abord analyser, puis planifier et enfin agir. Et quand on agit il faut suivre les progrès, soit pour voir si notre stratégie marche, soit pour en changer ! Si le grand génère des disputes tous les jours avec son frère (comme le mien) je vais pas réussir à faire disparaître toutes les disputes. Mais je peux déjà en identifier certaines dont le schéma se répète.

Par exemple tous les soirs Charlie monte sur le lit à étage en mettant les pieds sur l’oreiller de son frère pour l’énerver. Celui-ci hurle. Une fois on dit au deuxième d’arrêter de hurler pour rien, l’autre fois on engueule le grand pour qu’il arrête, et parfois on a un sourire indulgent devant ce gag à répétition somme toute sans conséquences graves. Alors que va comprendre Charlie ? Rien en fait. Qu’il peut emmerder son frère tous les soirs sans problème. Ou une chance sur 3 qu’il en ait des problèmes. De manière subtile on cautionne ainsi son comportement qui est finalement tout sauf attentionné envers ce petit frère bruyant et si facile à énerver. Je me suis rendue compte dans l’analyse de cette situation toute simple que parfois nous cautionnons les comportements que nous voulons supprimer. De manière indirecte, subtile. Parfois en banalisant, en rigolant.

Je ne vais pas réussir à changer sont comportement si je ne suis pas cohérente.

Non on n’énerve pas son frère. C’est donc sur cette petite action du quotidien que je vais mener ma première bataille dont l’objectif final est de diminuer les bagarres entre les deux frères et d’augmenter la paix familiale.

Publié dans TDAH

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article