La peur

Publié le par Anthenea

Elle est apparue dès le premier jour. Dès son arrivée. Mon premier petit garçon. Je n'ai pas vécu ma grossesse avec beaucoup d'intérêt. Même avec un certain détachement. Je ne voulais pas y croire tant qu'il ne serait pas là. Jamais très intéressée par les enfants jusque là je voulais être sûre que tout s'était bien passé, qu'il était en bonne santé et moi encore en vie avant de me réjouir. Du coup une sorte de déni s'est installé et le petit bébé n'est devenu une réalité qu'à mon accouchement.

 

C'est à ce moment là qu'elle est apparue. La peur. La peur de la maladie, des chutes, de sa santé, de ma santé. La peur de ne pas pouvoir les voir grandir si il m'arrivait quelque chose, la peur du temps qui passe tellement vite. De ces années qui glissent sans scrupules, sans un regard en arrière. La peur de tout, de rien.

 

A cela s'ajoute l'information. Les statistiques, les pourcentages dont on pourrait faire partie. La description méticuleuses des maladies, des symptômes. Les amis des amis qui ont des histoires terribles à raconter.

 

Elle ne me quittera plus, elle augmente même j'ai l'impression avec les années. J'espère réussir à la maîtriser car au final je n'ai  aucune prise sur elle. Je ne peux pas changer le cours du destin, ni l'influencer. Tout au plus anticiper certaines choses.

 

Alors je me persuade qu'il faut vivre chaque minute, en profiter, les savourer. Que toutes ces angoisses sont stériles car sans fondement. Et si il arrive quelque chose on y fera fasse à ce moment là. Mais quelle pression....

 

Voilà la désagréable surprise que j'ai découverte avec la maternité. L'angoisse de la mort, de la maladie et de la vieillesse. Et la peur pour mes enfants.

 

 

Publié dans Tronche de vie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article